Los Angeles ou la cité des anges (déchus?)

Une arrivée laborieuse...

Fin du road trip, les gars me posent à Venice Beach. Ils n'ont pas envie de rentrer plus en ville... Je les comprends, LA est réputée pour son trafic dense. Je charge mon sac et je commence à marcher direction le sud, direction l'auberge que j'avais repérée la veille. Une heure puis deux heures de marche... J'arrive à peine à hauteur de Marina Del Rey. Je demande aux passants la direction de l'aéroport, si c'est loin. Un sur deux ne me répond pas, et celui qui daigne m'indiquer la direction ne sait pas si c'est loin. En tout cas, il faut que je prenne "Linkin"... Ah, en fait c'est Lincoln Boulevard... Je passe dans une épicerie, achète un coca et du jerky beef, et en profite pour redemander mon chemin. Entre deux grimaces, la vieille me dit que je peux prendre le bus par là... Ah bon quel bus? Bah là-bas sur Washington ou sur Venice... Vas-y démerde-toi! 
Je vois un arrêt de bus, celui du Big Blue bus R3 qui a l'air d'aller dans la bonne direction. Je confirme avec la doudou derrière moi... Yes je suis sur la bonne route. Encore 35 minutes de bus, et je m'arrête au LAX Transit Center. Je reprends ma marche et croise un Burger King. La bonne occasion, une pause, un cheeseburger et un accès wifi. Je vérifie où se situe l'auberge, à peu près 1 heure de marche, environ 3,5 miles. En avant toute! Mon sac est de plus en plus lourd et me brûle les épaules. J'avance d'un pas de moins en moins sûr le long de la 2x3 voies qu'est Century Boulevard, un sol irrégulier, une cheville déjà fragile, je m'étale de tout mon long, trouant mon pantalon et mon genou. Je me relève, je respire et m'arrête au feu. Là une petite blackos me dit que je devrais poser mon sac et que je pourrais me faire 1000$ par jour... You're sooo sexy... Merci mais je ne suis pas une pute. Encore un Burger King sur la droite, et l'auberge est en vue, enfin. Je rentre et suis accueillie par une réceptionniste à qui ça arracherait la gueule de dire bonjour. Elle me demande ma réservation, j'en ai pas, elle me donne une clé, chambre 800, lit 804, dortoir de 20 lits. Je m'installe, prends une douche et vais me coucher. 

Le séjour à Inglewood / Los Angeles

Je suis au milieu de Inglewood, un quartier à l'Est de l'aéroport. Ce qui me donnera d'ailleurs l'occasion de voir et d'entendre tous les avions qui transitent sur LAX. 

Première journée, je suis rincée. Je profite d'être à nouveau seule pour bosser un peu sur le blog. J'ai des articles en retard et je n'ai pas spécialement envie d'affronter la faune urbaine. Je sors 2 fois de l'auberge pour aller me chercher à manger un bloc plus loin. La journée se passe ainsi et ça me va bien.  
Deuxième journée, je me lève tôt. Je vérifie les distances: Hollywood, 11 miles, environ 4h de marche. Santa Monica, Chinatown, Downtown à peu près la même chose... Face à l'immensité (parce qu'il y a LA et sa banlieue proche où je me trouve mais aussi le comté de Los Angeles qui regroupe quelque chose comme 88 municipalités, 200 langues enseignées dans les écoles, 11 millions d'habitants sur 10,000 km2), je pense à renoncer à visiter, mais je pense à vous qui me lisez et je capitule: je m'assoie sur mes principes et décide de prendre le bus promène-couillon, ça me permettra de faire le tour des attractions touristiques sans trop d'efforts (Attention, la liste qui suit est non-exhaustive). Je redescends donc Century Blvd jusqu'à hauteur de l'hôtel La Quinta, arrêt nº92, le plus proche du Starline Citysightseeing LosAngeles (juste 35 minutes à patte). On est sur la ligne Orange, simplement une ligne de transfert qui me pose à la Marina Del Rey / Fisherman's village. On poursuit sur la ligne Verte, début de la visite touristique avec explications audio. On longe la Marina, chargée de bateaux luxueux, passe devant Venice, le quartier le plus alternatif et décalé jusqu'à Santa Monica, bourgade un peu plus chic mais toujours agréable et abordable. Tiens, cette route m'est familière... De là, je saute dans la ligne Jaune qui repart dans les terres à l'est. On nous fait passer par Brentwood Mart, le supermarché des Stars, le campus de UCLA, fameuse université de Los Angeles qui compte 35000 étudiants, Beverly Hills, lieu de résidence des fortunés où les rues sont courbes pour donner un aspect "rural" et enfin Rodeo Drive, la rue huppée aux enseignes luxueuses comme Prada, Dior, Tiffany's, Cartier, Yves Saint Laurent et autres marques réservées à certains porte-monnaies d'élite. Et si tu veux aller y faire un tour, ouvre bien tes yeux car tu ne sais jamais qui pourrait bien être là en train de faire des emplettes à 15000$ comme Wynona Rider. Tu es un chasseur de célébrités? This is the place to be! Autant dire que ça passe à des années lumières de mes centres d'intérêts... Je m'arrête là et, transfert sur la ligne Rouge, direction Hollywood. En route, on passe devant le LACMA (Los Angeles County Museum of Arts), le Peterson Automotive Museum qui retrace l'histoire de l'automobile, les "La Brea Tar pits", mares naturelles de bitumes qui sont des trésors pour les fouilles archéologiques car les animaux de la préhistoire, les prenant pour des trous d'eaux, allaient se jeter dedans, s'engluant pour une mort certaine, le Pink's Hot Dog, mythique restaurant qui a accueilli entre autres Brad Pitt (apparemment les meilleurs hotdogs de LA), les studios Paramount et enfin, le Chinese Theatre, lieu de nombreuses premières sur Hollywood Boulevard, sur lequel je reviendrai plus tard. Mais pour le moment, je continue sur la ligne Violette vers Downtown. On passe devant l'éblouissant Walt Disney Concert Hall, le MOCA (Museum Of Contemporary Arts), le Financial district avec ses grandes tours de verre et d'acier, le quartier administratif et son Civic Center, Chinatown et ses dragons gardiens des portes, Olivera Street et El Pueblo, là où Los Angeles est née (c'est d'ailleurs un quartier assez sympathique avec une petite rue piétonne aux odeurs qui donnent faim), Little Tokyo, les Jewelry et Fashion districts pour faire des emplettes, le Staple Center qui accueillent les grandes équipes sportives dont les fameux Lakers de LA, et enfin le Grammy Museum qui, comme son nom l'indique, retrace l'histoire de tous les Grammy Awards attribués depuis leur création. Retour sur Hollywood Blvd. Bien entendu, la rue est surchargée par les touristes qui se pressent comme des mouches autour des étoiles avec le nom de leur célébrité préférée. Regarde, je me prends en photo à côté de l'étoile Britney Spears! Les passants sont divertis par les aspirant acteurs, en costumes de Superman, Jack Sparrow, Cendrillon et autres personnages de la culture cinématographique, pour la photo souvenir, en attendant un vrai rôle. Quelques spectacles de rue sont aussi présents avec des groupes de break qui font vraiment le show, et d'autres artistes itinérants un peu moins crédibles, comme l'homme statue qui bouge toutes les 10 secondes. Au bord de l'agoraphobie, je redescends La Brea Avenue en quête du salon de tatouage, High Voltage Tattoo, de l'émission LA ink. J'entre, demande les tarifs qui commencent à 200$ (cher pour les US), je me contente de quelques photos souvenirs. Je remonte sur Hollywood Blvd en face du kiosque de la Starline, pour attendre le bus qui va me ramener au point de départ. Il n'y en a qu'un à 7:00PM. J'attends, pas de bus. 7:10PM je demande au Monsieur de la Starline... Le bus est parti. Hein? Bah oui, il est 7:10PM et le point de départ est un bloc plus loin... Je respire, je suis pleine de ressources. Je me rappelle que la femme de ménage m'a dit qu'il y avait un bus qui faisait Inglewood - Hollywood, le 212. Je l'ai vu s'arrêter pas loin de là où je suis, j'embarque et 1h30 plus tard, je suis finalement au croisement Prairie / Century à 5 minutes de mon auberge. Que buena mujer! Ah oui, ici, si on veut se faire aider de la populace, mieux vaut parler espagnol (langue officielle de 50% des angelenos)
Troisième journée, entre Manhattan Beach et Venice Beach, mon coeur balance. D'un côté, un free shuttle direct depuis l'auberge. De l'autre, je ne sais encore mais sûrement quelque chose de moins direct... Allons-y gaiement, va pour Venice Beach. Tout le monde m'en parle, c'est donc que je ne dois pas le manquer. Je me fais déposer par le free shuttle au LAX Transit center et prends le bus Rapid 3 pour Santa Monica. 1h et des brouettes plus tard, je suis au croisement de la 4th et Colorado, à 2 blocs du Santa Monica Pier, le dernier en son genre avec un petit parc d'attraction. De là, une vue sur la large plage, Malibu au nord et LAX au sud. Je marche le long de l'Ocean Front vers Venice Beach. Au passage, je profite du spectacle que donnent les culturistes et autres fans de l'exercice corporel. Regardez comme je fais bien des tractions, et des squats aussi... Il y a aussi beaucoup de terrains de beach volley. Je m'attarde à regarder un match même si les joueuses sont moins bonnes que celles qu'on voit à la télé ;)! Je continue ma route pour atteindre Venice Beach. Il y a des artistes en tout genre, qui exposent leurs oeuvres ou offrent un concert, et parfois les deux en même temps. Je croise le chemin de quelques personnages fantasques, comme la mamie punky, rocky aux cheveux roses, ou encore le grand costaud en rollers vêtu d'un beau tutu rose flamboyant. Je flâne là une bonne partie de l'après-midi et reprends le bus. Je m'endors, je me réveille, le trajet dure une éternité. J'arrive à l'auberge, demande si on a vu mon portable que je pense avoir oublié dans le lobby. On me regarde comme une alien, pas de chance, le téléphone ne sera ni retrouvé, ni retourné... Tant pis, c'est l'heure d'aller manger, direction le Chinese Food Express. Repue, je retourne dans mes pénates avec ma délicate voisine qui glousse, rote, pète et tousse en même temps. 
Quatrième jour: jour du départ et de libération. J'ai hâte prendre l'avion et quitter cette mégalopole où tout est démentiellement trop grand. 

Bilan de l'expérience angeline

Il y a la Californie et Los Angeles... Les gens y sont difficiles d'accès et clairement peu agréables. Si vous venez sur la West Coast, abstenez-vous de passer à LA sauf pour transiter, à moins que vous ne soyez passionnés par les musées, l'industrie cinématographique et la possibilité de croiser ses figures de magazines, ou si vous tenez absolument à voir la ville, louez une voiture, préparez-vous à affronter les bouchons et commencez par là, ça vous évitera une belle déception. En abaissant mon niveau d'énergie et vibrant au même niveau que la ville, j'aurais quand même réussi à décrocher quelques sourires et "how are you doing?" au Taco Bell et à l'épicerie du coin. L'aventure humaine se résume à Eric avec qui je marche un bout, un jeune cajun paumé, artiste et poète passionné de vaudou et squelettes qui rêve de partir en mer et, Julie, catalane en transit pour Las Vegas et San Francisco, qui a le même ressenti que moi sur la ville... Au final je ne retirerai rien de mon passage dans la cité des Anges, si ce n'est un sac un peu plus léger. 
J'ai hâte de retrouver des villes à taille humaine, la campagne, la nature et la sincérité. Au revoir LA et bonjour le Pérou... Sans regret! 

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    papa (dimanche, 03 août 2014 09:07)

    he bien c'est du sport que visiter cette ville et pas interet a être daltonien pour ne pas te tromper de bus mais bon tu as vu,je ressent comme toi en te lisant ce trop grand,trop de monde,et pas d'humanité les lamas du pérou seront surement plus sympa (attention au crachas) et soigne ta cheville pour ton escapade dans les andes

  • #2

    Christine , Michel (dimanche, 03 août 2014 09:24)

    Comme quoi, tout ce qu'on entend et voit sur des endroits comme celui- ci , où tout le monde doit être et être vu !!! rien d'humain la-dessous, que de la finance, mais ça on le savait déjà.........
    Bon vol à toi pour Lima où tu vas trouver d'autres personnes, d'autres énergies, d'autres paysages qui j'espère te donneront l'occasion de belles et chaleureuses rencontres;
    plein de bisettes
    Christine,

  • #3

    Annie Alvarez (dimanche, 03 août 2014 11:14)

    Tu dois avoir les mollets qui feraient "trembler" Hollywood avec toutes ces marches>. Que d'aventures, pas tjrs positives mais !! Il est vrai que la Californie était à l'origine espagnole, donc bcp de latino. Si un jour je vais par là je me rappellerai ton histoire. J'attends la suite sur le Pérou, quelles émotions !!!! bizzzz

  • #4

    Sab (dimanche, 03 août 2014 12:26)

    Je me me lasse pas de te lire ... Et c'est vrai que j'ai du mal à t'imaginer dans cette ville ! Sûre que les péruviens seront beaucoup plus accueillants ! Bisous bisous !

  • #5

    Caro (dimanche, 03 août 2014 20:58)

    Lima à l'air grande aussi .. mais tu auras la forme après cet entraînement à LA :-)
    PS: je note ta photo référence à Fir .. haha