La Patagonie Nord: Bariloche, Los siete lagos et bien plus encore

Bariloche

Après encore de nombreuses heures dans le bus depuis Mendoza, nous arrivons au terminal omnibus de Bariloche. Le vent glacial nous accueille et nous sort de notre torpeur. Vite, nous cherchons un moyen de nous rendre au centre-ville pour notre quête de logement. Sauf qu'il se trouve à bien 2 kilomètres... Alors au choix: les collectivos, mais il faut acheter la carte de bus et le guichet est fermé... Donc raté. Le taxi, qui prend entre 40 & 50 ARS au taximètre. Nous trouvons un couple allant dans la même direction. Nous partageons la course.

Arrivées, c'est un choc... Nous voilà revenues à notre point de départ dans notre très chère Suisse, mieux encore dans le Valais. On rit... Parcourir 10'000 kilomètres pour en arriver là! Je suis mauvaise langue, car mis à part cette ressemblance de prime abord, on reste en Argentine, avec un casti-ch-ano bien palpable, des changeurs de devises à la sauvette à tous les coins de rue.

Un crochet par le "Secretaria de Turismo", une carte de la ville en poche, nous montons sur Salta, où s'alignent une dizaine d'auberges. Les prix oscillent entre 100 & 130 ARS. Nous finissons sur Belgrano, à l'Hostel Rodinia, pour 90ARS. Nous sommes accueillies chaleureusement par Aurilia, une bonne femme un peu exubérante au sourire large. J'ai l'impression d'avoir été attendue, reconnue... une sincère familiarité qui réchauffe.

Après avoir pris nos marques, nous déambulons dans les rues pour finir dans une des nombreuses chocolateries, pour un chocolat chaud, à côté de la patinoire. En rentrant, nous nous arrêtons vers un artisan qui nous renseigne pour une randonnée à cheval (cabalgata). On devrait trouver un homme qui loue des chevaux au km 13, dans le quartier Jamaica. Vous le verrez, la quête de Cabalgata sera un peu notre fil rouge pendant les 2 prochaines semaines.

Premier réveil à Bariloche. Nous achetons une carte de bus* à 11 ARS, que nous chargeons avec 48 ARS sachant qu'un trajet coûte 6, 9 ou 12 ARS en fonction de la distance parcourue. Et c'est parti pour un bus trip autour de Bariloche.

Première étape, le km 13. Nous nous éloignons de l'Avenida Bustillo, à la recherche du loueur de chevaux. Un tour, un détour et encore un autre, un petit chemin, nous trouvons le quartier Nueva Jamaica caché derrière une petite colline. Ici, plus de route goudronnée, seulement du ripio (entendez terre battue et tout-venant). Nous demandons à deux ou trois personnes et trouvons enfin la maison. Pas de chance, le propriétaire n'est pas là et sa femme ne sait pas quand il rentrera.

Nous repartons bredouille, direction le km 15 pour une nouvelle tentative chez Tom Wesley. Passé les portes, nous tombons sur un immense groupe d'une soixantaine d'étudiants. Tout de suite, un mot me vient en tête: usine. Demi-tour illico... Nous voulons reprendre le bus mais plus de sous sur la carte et nulle part pour la recharger. Nous faisons du stop pour un retour au km 13 et le kiosque qui nous permettra de reprendre le bus.

La carte pleine, nous attendons le bus 10 qui nous amène à la colonie suisse. Le trajet est magnifique, un superbe point de vue sur le lac, un petit pont sous lequel passe un rapide aux eaux cristallines. Et nous voilà dans le petit village, blasonné en rouge et blanc, où les chalets en bois s'alignent, tous bien rangés. Ah, ça sent l'Helvétie tout ça... Héritage d'un siècle lorsque le gouvernement chilien offre à un valaisan de s'installer dans la région car les paysages lui sont familiers.

Nous faisons une pause déjeuner dans un petit restaurant. Au menu, truite, pomme de terre et salade. Puis nous passons dans une boutique de souvenirs. Les vitrines croulent sous les figurines de "duendes" (nains gardiens de la nature). Je demande à al patronne pourquoi. Elle me répond tout simplement parce qu'il y en a plein dans le coin et qu'elle, originaire de Salta, les voit depuis son arrivée, il y a 15 ans, dans la région.

Pour rayonner autour de Bariloche, nous décidons de louer une voiture (ce qui nous reviendra moins cher que de naviguer en bus, avec la liberté en prime). En faisant le tour de quelques agences, les prix varient de 6500ARS (Hertz) à 2262 (Los Lagos, Mitre 83).

Nous prenons possession du véhicule, une jolie chevrolet blanche qui ne le restera pas longtemps. Et c'est parti pour notre road trip argentin.

*A savoir, il y a 2 compagnies de bus qui tournent dans Bariloche: 3 de Mayo et Las grutas. Pour le tour "touristique", il vaut mieux prendre la carte de 3 de Mayo, sachant qu'elle ne permet de prendre les bus de l'autre compagnie.

San Martin de Los Andes et Villa Traful

Nous prenons la route pour San Martin. Nous avons plusieurs itinéraires au choix, dont 2 avec routes goudronnées et 1 avec la moitié du trajet sur ripio. Bien entendu, nous choisissons celui sur ripio passant par Villa Traful, et le lac du même nom... Nous croisons moutons, vaches, chevaux en liberté. Enchantement et eaux turquoises à la clé. Quelques images en diront plus que les mots.

Arrivées à San Martin, la ville a des airs de station de ski, un peu plus huppée que Bariloche.  Nous trouvons l'auberge Ladera del Norte. Un gamin de 12 ans est derrière le bureau de réception. C'est le fils du tenancier qui voulait nous donner une chambre double au prix du dortoir... C'est chou, mais papa arrive à temps pour rectifier le tir. Le grand bonhomme est sympathique et en pleine construction de plateformes pour préparer l'acrobranche, idée de son associé, un français bien-sûr...

La route des sept lacs et Villa La Angostura

La voiture démarre difficilement ce matin. Je pense qu'elle n'a pas trop aimé la route cahoteuse de la veille ou qu'elle a eu froid. Le programme du jour: descente de la route des 7 lacs. Dans les livres, c'est facile: route goudronnée jonchée de points de vue panoramiques.

C'est sans compter sur notre goût pour l'aventure et nous voilà sorties plusieurs fois de l'itinéraire de base pour rejoindre une cascade que nous ne trouvons pas. Le chemin était fermé mais ça, nous ne le découvrons qu'une fois revenues au point de départ après avoir failli détruire la voiture dans une ornière.

Puis nous cherchons le lago Espejo Chico. Encore un chemin démonté, avec des flaquounettes avec 40cm (ou plus) d'eau... On croise les doigts pour que ça passe... Ca passe, juste.

On aurait peut-être dû louer un 4x4... Et on trouve porte close. Encore raté pour celui-là. Nous nous arrêtons dans un champ au bord d'une rivière pour le goûter.

Nous arrivons à La Villa Angostura en fin d'après-midi sous des trombes d'eau. Direction l'Hostel Italian, sur les conseils de Margarita qui y était passée dix ans auparavant, lors de son tour d'Amérique Latine. Nous trouvons une jolie petite auberge, tenue par un couple de quinquas. C'est un festival de français: un jeune, début de vingtaine, un peu paumé en quête de lui-même, une instit' qui rêve de voyager plus longtemps que le mois qu'elle a pris et une infirmière qui l'accompagne. Avec nous 2, ça fait 5 hexagonaux sur 8 pensionnaires. Je sympathise avec le catalan, mono de ski, venu faire sa saison à Esquel.

Nouvelle escale à Bariloche puis El Bolson

Nous revenons à Bariloche pour trois jours. L'Hostel Rodinia est complet, nous en trouvons un autre sur Salta. Une petite perle, l'Hostel Pudu, avec vue sur le lac et les 2 Tomaso qui le gèrent, sont à cent milles de se prendre la tête avec le check-in, le check-out ou encore le paiement. On prend le temps pour une formation au premier niveau de Reiki (qui fera l'objet d'un autre article), pour visiter la Cascada de los Duendes (que nous ne verrons pas) et un le virement Small World FS qui n'arrivera jamais. Après avoir passé 3 heures à essayer de solutionner le problème de virement, nous jetons l'éponge et partons plus au sud.

Nous arrivons à El Bolson, petite ville tranquille, réputée pour sa feria artisanale (mardi, jeudi et samedi, je crois) et sa forte densité en population "hippie". Le patron de l'auberge nous assimilera d'ailleurs aux hippies en nous voyant tresser des bracelets en macramé.

Après avoir fait un tour à la feria, où un artisan nous fait une bague minute, en 3 coups de pince et un foup de marteau, nous partons à la recherche de la Cabalgata Fofocahue. Encore un chemin en ripio, quelques panneaux qui nous font tourner en rond, mais rien. Nous voyons des chevaux et nous arrêtons. Une bonne femme nous accueille pour nous dire qu'aujourd'hui les gars sont de sortie et que c'est à eux qu'il faut s'adresser pour une randonnée. Encore raté. Nous arrivons finalement à la Cascada Escondida pour une promenade dans la nature. Puis retour à l'auberge.

Sur les conseils des voyageurs croisés jusque-là, nous allons à El Hoyo (prononcé Élocho). Une courte marche nous y attend pour découvrir un beau panorama sur la vallée et une haute cascade cachée dans la végétation.

Nous reprenons la route pour le lago Puelo. En chemin, nous prenons en stop une famille en vacances. Enfin, nous trouvons une cabalgata ouverte, avec quelqu'un. Pause déjeuner et nous partons pour une heure à cheval dans le parc sur les bords du lac.

En rentrant, un gars m'invite à les rejoindre pour une partie de ping-pong. Nous faisons donc la rencontre de Sebastian, Augustin et Maria. Après quelques parties où je bats à plate couture Sebastian et Augustin (oui oui, j'en suis fière), nous allons faire les courses pour l'Asado (BBQ) que nous partagerons. Juan nous rejoint. Et voilà mon titre de championne de ping-pong durement défendu qui s'envole avec l'imbattable Juan qui joue de la main droite, de la main gauche, avec un bout de planchette, sans jamais flancher. Sebastian se fait une joie de nous faire découvrir l'Asado, façon argentine avec le vacio (partie abdominale du boeuf) et un peu moins glame, le chinchulin (intestin grêle) qui gicle un jus blanc type pus, lorsqu'on plante la fourchette dedans. In fine, je suis agréablement surprise, ça aurait pu être pire...

Nous passons une superbe dernière soirée à El Bolson.

 

Nous rentrons finalement à Bariloche pour rendre la voiture. Après une nuit à l'Hostel Pudu, je laisse derrière moi à regret la Patagonie, que j'aurais aimé découvrir plus et plus longtemps. Ce sera sûrement un prochain voyage.

 

Nous prenons le bus, direction le Chili. A suivre dans un autre article...

Adresses pour le logement:


A Bariloche
Hostel Rodinia, Belgrano 39 - 90ars
Hostel Pudu, Salta 354 - 100ars

A San Martin de los Andes
Hostel Ladera Norte, Weber 531 - 120 ars

A Villa La Angostura
Hostel Italian, Los Maquis 215 - 120ars

A El Bolson
Hostel La Casa del Arbol, Perito Moreno 3038 - 120ars (+20ars pour le petit déjeuner)

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    papa (dimanche, 02 novembre 2014 10:54)

    fectivement on dirait la suisse,cela me rappel le village allemand dans une montagne au dessus de caracas ou l'on avait mangé une bonne choucroute(tu étais petite) les paysages sont superbes,belles photos pour le montrer.Et la ballade a cheval tu ne donne pas ton impression ? "pause gouter" mais quel age avez vous pour "gouter" ce sont les enfants qui goute mais c'est mignon. Encore des français décidement ils sont partout vu un reportage sur 3 fransouzes qui ont ouvert depuis 15 ans à "Agua caliente" ou vous êtes passée la "boulangerie de Paris" vous l'avez surement vue ,ça marche bien pour eux.
    en parlant bouf je vois que vous avez quand même gouté au boeuf argentin,avec cette belle parilla c'est bien cela aurait été dommage d'aller au pays du boeuf sans le gouter. on attend la suite au chili big bisous de nous

  • #2

    Annie Alvarez (dimanche, 02 novembre 2014 11:10)

    Je viens de passer une heure formidable à te lire et regarder les photos. Je crois ces endroits parmi les plus beaux depuis votre voyage, bien que les sites péruviens aient été splendide. je comprends ton désir d'y retourner. mais bon vent et bizzzzzz !!!!